INSCRIPTION

Tu as entre 12 et 17 ans, cette page contient tous les documents nécessaires pour ton inscription.

Un code de vie, un code vestimentaire et un protocole pour les situations d’harcèlement ont été établis chez Zone Ados, afin que tous cohabiter ensemble sous les principes de respect et d’égalité. Nous t’invitons donc à lire attentivement les informations ci-dessous.

titre_code_vie

Respect de soi

Respect de ses valeurs et convictions, acceptation de soi (aucun dénigrement, prendre soi de son corps, de son habillement, de son alimentation, etc.).

Respect des autres

Langage adéquat (aucun sacre ni insulte, ton) et ouverture aux autres (aucun propos raciste, sexiste, homophobe) envers ses amis, les intervenants et à toutes autres personnes.

Respect du milieu (Intérieur/extérieur)

Prendre soin du matériel et de l’équipement, propreté des lieux et respect de l’environnement (Déchets, mégots de cigarettes, etc.).

Aucune violence

Aucune tolérance à la violence verbale, physique et/ou psychologique.

Aucune drogue et alcool

Aucune tolérance à la possession, à la consommation à la vente et/ou à la promotion de drogue et d’alcool.

Attitude positive

Participation active à toutes les activités proposées et un esprit ouvert, critique et constructif (dynamisme, encourager les autres, etc.).

titre_code_vestimentaire

Les employés doivent donner l’exemple aux jeunes en ce qui concerne leur tenue vestimentaire.

Ainsi, toutes les personnes qui fréquentent Zone Ados sont priées de suivre

les lignes directrices suivantes quant à leur habillement :

  1. 1. Tout  vêtement du haut ne  devrait pas  montrer la zone du buste (décolleté).
  2. 2. Tout  vêtement du haut  devrait être  assez long pour couvrir le bas du dos et le ventre, surtout lorsqu’on porte des pantalons de taille basse qui pourraient montrer les sous-vêtements dans une position penchée ou même debout.
  3. 3. Les  camisoles à bretelles spaghetti (tank tops) sont autorisées, mais doivent respecter les lignes directrices no. 1 et 2.
  4. 4. Les  vêtements transparents  devraient avoir un vêtement non transparent en dessous qui respecte les lignes directrices no. 1, 2 et 3.
  5. 5. Les  shorts,   jupes et robes  devraient être plus longues que l’endroit où repose le bout du majeur lorsqu’on place les mains le long des jambes, les bras droits.
  6. 6. On ne devrait jamais voir les sous-vêtements de quiconque.
  7. 7. Lors de sorties extérieures où l’on va se baigner, les bikinis sont autorisés pour les jeunes. Les intervenants qui font figure d’autorités doivent se vêtir de maillot une pièce qui cache le ventre ou de t-shirt de baignade.

Les intervenants devraient toujours garder en tête qu’ils travaillent avec des adolescents et que ceux-ci peuvent se montrer plus sensibles à la vue de la peau que d’autres adultes. Ce code vestimentaire existe afin d’éviter des situations embarrassantes ou inconfortables entre les jeunes et les intervenants. Si une intervention est à faire avec un jeune, il est préférable que ce soit un intervenant du même genre qui la fasse.

protocoles_harcelement

Lorsque des jeunes, garçons ou filles, qui auraient des comportements ou des propos inappropriés (à connotation sexuelles, amoureuses, etc.) il est important pour les intervenants de vite récupérer la situation en montrant clairement les limites. Il est préférable d’être au moins deux intervenants présents lors de ces situations. En tant qu’intervenant, on doit utiliser notre savoir-être et notre gros bon sens. Il ne faut pas oublier qu’il est primordial de renforcer les habiletés sociales appropriées et de dénoncer celles qui dépassent les limites.

Première infraction  :

Dire au jeune qu’on ne se sent pas à l’aise devant ces propos/comportements, que c’est inapproprié et que nous refusons catégoriquement de recevoir ce genre de commentaires ou comportements (avertissement verbale). Il est important de mentionner au jeune qu’il contrevient au code de vie en ce qui concerne le respect des autres et que lorsqu’il a signé le contrat de fréquentation il s’est engagé à le respecter. De plus, selon la gravité des gestes ou des commentaires du jeune, l’intervenant peut décider de suspendre le jeune dès la première infraction.

Exemple  : David, intervenant, s’aperçoit que la photo de fond d’écran du cellulaire de Catherine, jeune de 14 ans, est un montage photo de lui-même avec des cœurs et autres émoticônes du genre. David est mal à l’aise et le mentionne immédiatement à la jeune en lui demandant de retirer la photo sur le champ. Les intervenants ont une discussion sur les relations amoureuses adéquates avec le jeune par la suite.

Exemple  : Sophie, intervenante, entend Sébastien, jeune de 16 ans, dire à son ami Benjamin que les pantalons qu’elle porte lui font de belles fesses. Sophie mentionne que son commentaire est inapproprié et déplacé et que c’est un manque de respect envers elle. Elle lui demande de quitter pour la soirée.

Deuxième infraction  :

Deuxième avertissement verbale à faire dans le bureau avec l’annonce qu’à la troisième infractions on devra suspendre le/la jeune pour une journée et contacter ses parents. On nomme encore une fois nos limites en mentionnant notre malaise et le manque de respect vécu par l’intervenant.

Troisième infraction  :

On nomme les autres avertissements que nous avons déjà fait avec le/la jeune et on mentionne que le/la était avertie des conséquences. On demande au jeune de quitter pour la journée et on contact ses parents pour expliquer la situation. Au retour, une discussion avec les deux intervenants dans le bureau est nécessaire pour voir si le/la jeune a compris le sens de ce renvoi.

Si par la suite, d’autres infractions surviennent, on doit allonger le délai de suspension jusqu’au renvoi définitif du jeune.